fbpx

Le célèbre Gomero de la Recoleta

Le grand Gomero de la Recoleta est une attraction qui ne passe pas inaperçue lors des visites du quartier de Recoleta. Il est situé en face du cimetière de Recoleta et à côté du bar Notable La Biela.

arbre gomero de la recoleta avec des personnes qui s'approchent tous les jours our prendre des photos
Les personnes s’approchent tous les jours au Gomero pour prendre des photos.

Ficus elastica Roxb. (gomero) Originaire de l’Inde et de la Malaisie, il est largement cultivé comme ornement dans divers pays, en particulier pour les parcs et les places, pour son port et sa coupe très large, qui sert d’ombre et d’abri. C’est une plante caoutchouteuse, du latex est extrait le caoutchouc d’Asamm ou de l’Inde, qui n’a pas la plus grande importance commerciale (Hill, 1965). 

Il se caractérise par le développement de racines aériennes et fortes qui permettent un bon ancrage au sol. C’est la clé pour pouvoir ensuite étendre ces branches horizontales qui, dans ce spécimen et dans certains tronçons, ont plus d’un mètre de diamètre.

photo del arbre gomero de la recoleta
Gomero de la Recoleta.

Quelques caractéristiques du Gomero :

Il peut mesurer jusqu’à 10 mètres de hauteur, 30 de diamètre. Dans la nature, il peut atteindre 30 mètres de hauteur.

Fruit : figue. On ne mange pas.

Habitat : Forêts marécageuses d’Asie tropicale.

Il n’aime pas l’excès d’eau. Il est clair sur les feuilles. Elles sont tachées.

Il étend des racines aériennes qui lignifient si l’humidité ambiante est appropriée.

arbre gomero de la recoleta
Gomero de la Recoleta.
feuilles de l'arbre gomero de la recoleta
Détail des feuilles du Gomero de la Recoleta.

Gomero de la Recoleta

Le Gomero de la Recoleta est un des « nombreux immigrants » qui sont venus sur ces terres pour y prendre racine et y rester pour toujours. Et dans ce cas, le fait est littéral, parce qu’il s’agit d’un arbre. Certains disent qu’il est arrivé d’Inde et affirment qu’à la fin du XVIIIe siècle, il a été amené par un frère nommé Francisco de Altolaguirre, qui l’a remis à son frère Martin José de Altolaguirre, pour qu’il le plante dans les terres de son domaine qu’il avait dans la zone de Recoleta. D’autres attribuent la plantation aux frères Recoletos eux-mêmes qui étaient déjà là et qui ont donné leur nom au quartier. Quoi qu’il en soit, pour beaucoup, c’est l’arbre le plus ancien de Buenos Aires et il continue de croître. C’est ainsi qu’il arriva au bar La Biela, à côté de lui, et qu’ils ont dû tailler des branches pour qu’il n’y pénètre pas.

Une autre théorie affirme qu’il n’a pas toujours été là. Ce sont ceux qui croient que ce même spécimen était d’abord dans les terrains qui occuperaient ensuite le cimetière (en 1823 planté) et que, quand on a pensé à les utiliser, c’est Altolaguirre lui-même qui a fait le déplacement vers l’emplacement actuel. Et il ajoute à la théorie que l’idée de placer des pousses de cet arbre sur un autre terrain de la région a été une initiative qui a poussé don Torcuato de Alvear, pendant son intendance, développé entre 1883 et 1887. L’idée d’Alvear était d’apporter à la ville quelques secteurs verts et ces ravins en faisaient partie. 

Il y a un signe du gouvernement qui indique que dans 1823 planté par les Recoletos

Sa base est proche de dix mètres de diamètre, sa couronne avoisine les quarante mètres de hauteur et certaines de ses branches dépassent les trente mètres, ce qui oblige à placer des entretoises de fer pour les soutenir. 

détail des entretoises qui supportent l'arbre gomero de la Recoleta
Détail des entretoises qui supportent l’arbre Gomero de la Recoleta.

Concrètement, ce « grand arbre de caoutchouc » (comme certains l’ont appelé), bien que communément appelé gomero, a été témoin de l’histoire de la ville, de la domination espagnole à nos jours. Et ce n’est pas tout : les connaisseurs soutiennent que tous les autres arbres de cette espèce dans les environs, sont des rejetons de ce géant qui a même résisté à une tentative de le faire tomber, lorsque des travaux ont été effectués sur place. La défense vigoureuse des voisins, même en temps de dictature militaire, quand protester était dangereux, a évité une telle folie. Ce sauvetage promu par les gens est celui qui, aujourd’hui, permet à beaucoup de ces voisins de s’asseoir à leur ombre pour profiter d’un café de La Biela, le célèbre local qui a également pris des années dans cet élégant et touristique coin de Buenos Aires.

Atlante, copain du Gomero de la Recoleta

détail de la sculpture Atlante soutenant les branches du Gomero de la Recoleta
Sculpture Atlante soutenant les branches du Gomero de la Recoleta.

En 2014, une sculpture a été placée sous le Gomero de la Recoleta « L’Atlas de Recoleta ». Cette version actualisée du Titan de la mythologie grecque, qui prétend soutenir sur son dos le poids du Gomero de la Recoleta, a été réalisée et donnée par Joaquin Arbiza Brianza, un jeune artiste uruguayen. Pour maintenir cet Atlas de 1,92 mètres, il a utilisé, entre les pièces automobiles des années 40 et 50, plus de trois mille pièces soudées d’environ 250 kilos.

détail du visage de la sculpture Atlante soutenant les branches du Gomero de la Recoleta
Détail du visage de la sculpture Atlante.

Gomero de la Recoleta dans le blason du quartier

Depuis 2006, cet arbre est devenu un symbole de Buenos Aires en faisant partie du blason de Recoleta. Le dessin du blason a été réalisé par l’architecte Fernando Ferreira, dont l’œuvre a été sélectionnée à l’issue d’un concours public. Il inclut également l’ancien couvent des Récollets, la lettre Tau de l’alphabet hébreu représentant les frères franciscains et un livre qui renvoie à la culture présente dans ce quartier historique de Buenos Aires.

blason du quartier de la Recoleta avec le célèbre Gomero de la Recoleta, un livre, une lettre T, une cloche, et une aiguille au centre.
Blason du quartier de La Recoleta avec le célèbre Gomero de la Recoleta.

Autres Gomeros en Buenos Aires

Au-delà du Gomero de la Recoleta, à Buenos Aires, on peut voir plusieurs espèces communément appelées Gomeros. Sur la place Lavalle, en face du Teatro Colón, se trouvent Ficus élastique, à grandes feuilles et Ficus macrophylla, à feuilles plus petites. Sur la place Libertad, au bord de l’avenue 9 de Julio, il y a aussi un exemplaire. À Recoleta, en dehors du célèbre gomero, à proximité, dans le parc Thays, il y a plusieurs exemplaires.

Un site web intéressante à visiter est celle de arboladourbano.com où il y a une carte interactive avec les arbres de Buenos Aires. Dans le lien suivant, vous accéderez directement aux Gomeros de Buenos Aires.

Plus d’arbres dans la ville

Une grande partie des arbres de Buenos Aires ne sont pas originaires de ces latitudes. Beaucoup d’eux ont été apportés du nord-est et de la forêt des Yungas dans le nord-ouest du pays. Le paysagiste le plus important de la ville fut Charles Thays, qui devint directeur de la direction des parcs et des promenades de la ville de Buenos Aires. Nous suggérons de lire l’article consacré à la vie de Charles Thays, ainsi qu’un article sur les Jacarandas.

Protection des arbres dans la ville

Imposants, témoins du passage du temps, de l’histoire et de la transformation urbaine, les arbres de plusieurs espèces cohabitent avec l’architecture locale et pour eux la Direction Générale des Espaces Verts et Arbres de la Ville tient un registre des exemplaires les plus singuliers de Buenos Aires : plus de 600 arbres ont une protection spéciale et sont classés comme historiques ou remarquables. Certains se distinguent par les histoires qui les accompagnent et d’autres par leurs caractéristiques botaniques, leur monumentalité, leur âge extraordinaire ou leur port.

👉👉PARTAGEZ L'ARTICLE 👉👉
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

FULANO VEND-IL DES VOYAGES?

NON, Fulanoinfo est un site d’information sur l’Argentine, créé par des argentins amoureux de la langue française et professionnels du tourisme. On vous donne des informations essentielles pour préparer votre voyage en Argentine. Conseils, recommandations et réductions de la part d’un argentin.

ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER MENSUEL

EXCUSEZ-MOI POUR L’ORTOGRAPHIE

Je suis un argentin qui aime transmettre les connaissances du tourisme du pays où je suis né et j’habite.
J’ai étudié le français pendant de nombreuses années, une langue que j’aime, mais je ne suis pas d’un pays francophone et je n’ai pas eu l’opportunité d’y habiter, donc je vous demande votre compréhension par rapport à l’écriture. Toute faute d’orthographe ou de grammaire, merci de me le faire savoir et je la modifierai. Merci beaucoup :)

COLABORER

Si vous avez aimez un article du blog (ou plusieurs) et que vous souhaitez collaborer pour soutenir mon projet et travail, vous pouvez aider le blog pour très peu d’argent. On a pensé l’idée d’un café symbolique. Un café en Argentine coûte environ 3 USD, ……  🤗🤗🤗 merci infiniment!!!

Tous droits réservés - Fulano Tours - Mentions légales et conditions de privacité